Le métier de Directeur

Le Concours de Directeurs des Services Pénitentiaires

Le métier de DSP

Retour au portail du ConcoursRetour

Nos missions

Issus du Ministère de la Justice, les directeurs et directrices des services pénitentiaires (abrégés en DSP) forment un corps chargé de l'encadrement supérieur des services pénitentiaires, à vocation A+.

Souvent qualifiés par la société de "directeurs de prison", nos missions débordent du cadre de la prison où nous effectuons effectivement la direction, de l'animation, du management et du contrôle des établissements pénitentiaires.

En effet, nous pouvons diriger des services pénitentiaires d'insertion et de probation et travailler au sein ou à la tête des directions interrégionales (DISP) et de l'administration centrale. Nous pouvons également travailler au sein d'établissements publics comme l'Ecole Nationale d'Administration Pénitentiaire (ENAP) ou l'Etablissement Public de Santé Nationale de Fresnes (EPSNF).

Ainsi au cours de sa carrière, un directeur ou une directrice pourra occuper les postes suivants :

 

Dès lors, le métier de directeur ou directrice des services pénitentiaires est d'une infinie richesse.

Pour en comprendre tous les enjeux, nous vous invitons à lire notre publication syndicale intitulée "Ce que nous sommes" (qui détaille l'évolution de nos missions et les compétences exigées) et, sous un angle plus critique, le communiqué "Manifeste DSP" (qui met en corrélation les attentes de la société avec les moyens mis à disposition).

 

Statut et rémunération

LoupeFOCUS : Qu'est-ce-que le statut

 

Le métier de directeur des services pénitentiaires est un corps à vocation A+ régi par deux décrets :

 

Le statut de directeur comprend une obligation de mobilité. Celle-ci doit intervenir :

  • Tous les 2 à 4 ans pour les Directeurs de classe normale et hors classe. Une prolongation de 2 ans est toutefois possible.
  • Tous les 3 ans pour les Directeurs Fonctionnels ou Directeurs Interrégionaux. Ces 3 ans sont toutefois renouvelables. Cette durée en réalité n'est qu'indicative pour les emplois fonctionnels, puisqu'ils peuvent être révoqués à tout moment ou donner lieu à des mutations plus rapides.

 

L'indice (majoré) de rémunération d'un directeur débute à 356 pour un élève et s'achève actuellement à 1164 pour un directeur fonctionnel (voir la grille complète à jour du 4 juillet 2013).

Le développement de carrière s'étale sur :

  • 19 ans pour la classe normale pour accéder à l'indice majoré de 783
  • 14 ans pour la hors classe pour accéder à la hors échelle A
  • 12 ans pour l'emploi fonctionnel pour accéder à la hors échelle C

(Voir détails)

 

Certains postes peuvent donner droit à un logement de fonction.

 

FO-Direction agit pour revaloriser le statut des directeurs en travaillant sur le rééchelonnement indiciaire de la classe normale, sur le passage en hors classe, en renégociant l'échelon Hors Echelle B et en souhaitant instaurer un grade d'accès fonctionnel de directeur de classe exceptionnelle.

Après l'évasion de Rédoine Faïd, la nécessité d'états généraux des prisons ! Il est temps d'ouvrir des états généraux de la prison !
Au lendemain de l'évasion réussie de Rédoine FAID du Centre Pénitentiaire de Réau, il est en premier lieu indispensable de souligner que l'Administration Pénitentiaire déjoue quotidiennement bien plus de projets d'évasion qu'on ne dénombre d'évasions réussies. Ce constat indéniable est le fruit de la vigilance accrue des agents pénitentiaires tous corps et tous grades confondus qui observent, recueillent et agissent ensemble avec les moyens dont ils disposent. Pour autant, FO-Direction souhaite que soit enfin conduite une réflexion sérieuse, et nourrie des constats de terrain, sur la prise en charge des publics.

...

Lire la suite...
Restitution audition sénat Restitution audition Sénat du 1er février 2018
Le 1 er Février 2018, Monsieur Sébastien NICOLAS, Secrétaire Général, Monsieur Ivan GOMBERT, Secrétaire National ainsi que Madame Cécile BRASSART, Déléguée régionale et Chargée de mission Communication FO DIRECTION ont été auditionnés par le Sénat à propos de la crise que traverse notre administration.

...

Lire la suite...
Résultat des dernières CAP
Retrouvez le résultat des dernières CAP - Attention, vous devez être connecté pour consulter ces articles
Les propositions de FO-Direction Motion du Bureau National : partie 1
Découvrez les positions de FO-Direction sur la politique pénitentiaire

Du 10 au 12 octobre 2017 s'est tenu le 9ème Congrès du SNP-FO Direction, syndicat majoritaire des...

Lire la suite...
Rejoignez FO-Direction
Adhérez au syndicat majoritaire des directeurs des services pénitentiaires !

Accompagnement du conjoint des DSP : La sujétion spéciale non reconnue ?

               FO DIRECTION n’a cessé ces dernières années de réclamer des politiques d’accompagnement et de gestion de la mobilité ambitieuse. Il n’existe aujourd’hui, rien d’autre que cette faculté de permettre à nos conjoints dans l'AP de nous suivre d’établissement en établissement, de poste en poste, souvent au détriment de leur propre carrière. Et c'est ce bastion qui semble attaqué.

               La mobilité fait partie intégrante du statut des DSP. Les mutations géographiques ont un impact assumé par le DSP, mais également pour sa famille, son conjoint et sesfamille enfants : nouveau déménagement, nouvelle maison non choisie, nouvelle école, nouveau travail, nouvel éloignement du cercle amical, du cercle familial, nouvelles fonctions.

               Le conjoint, le concubin ou le PACSé du DSP peut être, selon un degré de chance allant croissant :

- Salarié du privé : dans ce cas de figure, le conjoint perd son emploi, devient demandeur d'emploi provisoire, et potentiellement demandeur d'emploi à Pôle emploi. Les revenus de la famille diminuent drastiquement.

- Profession libérale : le conjoint n'a pas de mobilité. Il ne suivra pas le DSP dans son déroulement de carrière car il doit rester attaché à son Cabinet ou son Office. Au mieux le DSP rayonne dans un secteur géographique contraint, au pire c'est la relation à distance, la demande de détachement du DSP ou le divorce. Souvent, le DSP quitte l'AP en renonçant à son métier de cœur et par dépit.  

- DSP : aucun dispositif particulier ne permet aux couples de DSP d’être favorisés sur la coproximité des postes. La carrière est bridée, l'un au détriment de l'autre, la mobilité est difficile, la notion de choix épanouissant oubliée.

- Agent de l’Administration Pénitentiaire : personnel administratif (géré par le SG), Officier, 1er surveillant ou surveillant, le conjoint bénéficie normalement d'une mutation en surnombre près de son conjoint DSP :

→ Il est ainsi affecté selon les besoins du service et non selon ses choix.

→ Il pallie souvent des vacances qui existent dans tous les corps.

→ Il est pointé du doigt et doit redoubler d'efficacité, d'exemplarité et de professionnalisme pour convaincre de sa valeur intrinsèque et de celle de son conjoint DSP.

               Dans un courrier  adressé par le Garde des Sceaux au Secrétaire Général FO DIRECTION, le 25 septembre 2007, Madame Rachida DATI reconnaît déjà l'étendue de cette difficulté : "Je sais le poids que représentent vos responsabilités, je sais la pression et la tension qu'elles créent pour vous mêmes et votre famille".  C'était il y a 11 ans !

               Par effet historique et conjoncturel, les femmes ont investi massivement les fonctions de DSP, ne souhaitant pas pour autant abandonner leurs prérogatives familiales, mais se rajoutant encore de nombreuses charges liées à leur fonction. C'est pourquoi, le rapport de l'inspection générale de la justice d'octobre 2017, "La féminisation des métiers du ministère de la Justice", préconise notamment dans sa recommandation 21 en faveur d'une "mobilité à assouplir et à accompagner" : il faut "s'inscrire dans une démarche de simplification et d'harmonisation des calendriers de mobilité", notamment à des fins d'harmonisation avec le calendrier scolaire.

               Madame Rachida DATI l'évoquait déjà dans son courrier de septembre 2007 au Secrétaire Général : " Un travail doit se poursuivre sur la façon dont les mutations se déroulent, tant en terme de calendrier que dans leurs conditions matérielles en s'inspirant des meilleures expériences (...) Je souhaite qu'un maximum de mouvements se déroule en période de vacances scolaires, et que le travail de vos conjoints soit encore mieux pris en compte".

Lire la suite...

Nos actions

12 Oct 2018;
08:00AM - 05:00PM
11h - Réunion de travail
15 Oct 2018;
08:00AM - 05:00PM
14h30 - CTAP
15 Oct 2018;
08:00AM - 05:00PM
14h30 - Réunion Bureau Fédéral FGF
15 Oct 2018;
08:00AM - 05:00PM
Pré CAP
15 Oct 2018;
08:00AM - 05:00PM
14h - CTM
16 Oct 2018;
08:00AM - 05:00PM
CAP de mobilité DSP
19 Oct 2018;
08:00AM - 05:00PM
CTAP
29 Oct 2018;
08:00AM - 05:00PM
16h - Réunion relative au statut des CSP et à son impact sur le statut des DSP
06 Nov 2018;
08:00AM - 05:00PM
9h30 Réunion interrégionale Sud Ouest
12 Nov 2018;
08:00AM - 05:00PM
14h30 Réunion Bureau Fédéral FGF

Rencontre interrégionale PARIS

Le 9 octobre 2018, FO-DIRECTION a organisé une réunion interrégionale sur le ressort de Paris.

Conduite par Sébastien NICOLAS, Secrétaire Général, accompagné par Ivan GOMBERT, Secrétaire National, cette rencontre s'est avérée riche en échanges.

Groupe Paris

Après un premier semestre principalement marqué par le mouvement social de début d'année, il était important que les collègues puissent s'exprimer librement : situation pendant le mouvement, gestion des personnels, gestion de l'après-crise (sanctions, récompenses, climat, ...).

A l'aube des élections professionnelles, les sujets à aborder étaient nombreux et variés : projet de loi pour la Justice, réalités du terrain, mobilité, évolution du statut, dispositif Lemaire, avancées, difficultés rencontrées, élections professionnelles... Les échanges ont été riches entre les participants.

D'autres réunions interrégionales se succèderont prochainement (Bordeaux/Toulouse/ENAP,Lille, Dijon, Marseille,  ...).

Le Bureau National

 

img.responsive { max-width : 100%; height : auto; }